Mini arrow

Lire

portraits portraits

Folamour

crédits photo Andrea Mae Perez

Avec sa musique house entre jazz, disco et hip-hop, Folamour est devenu l’un des artistes phares d’une nouvelle génération de DJs et producteurs français reprenant le flambeau de l’esprit French Touch des années 90.

À l’image de son pseudonyme repris du célèbre Dr. Strangelove de Stanley Kubrick, Folamour a toujours eu la tête tournée de l’autre côté de l’Atlantique. Ses productions piochent dans le grand héritage des musiques afro-américaines et citent aussi bien Moodymann que Marvin Gaye. Avant tout passionné de hip-hop et de jazz, passé par des groupes de rock le temps de l’adolescence, le jeune Folamour découvre pourtant la funk et la house sur le tard. Un parcours qui se retrouve parfaitement à l’écoute de ses morceaux. Le Français reconnu pour son travail de sampling livre une musique tout en citations et qui mélange les genres, passant des titres club qui ont fait sa réputation aux instants plus soul et organiques de son troisième album Ordinary Drugs.

Pourtant, malgré ses références marquées Folamour conserve quelque chose d’essentiellement français. Tout comme ses illustres compatriotes des années 90, celui qui édite France Gall et se verrait bien collaborer avec le rappeur Booba a su trouver l’équilibre entre hommage référencé et identité personnelle. Un savant dosage qui lui permet de ne pas tomber dans le piège d’une production passéiste mais au contraire, d’offrir une musique qui résonne avec son temps.

Et pour cause, en l’espace de quelques années le DJ et producteur originaire de Lyon s’est imposé comme l’une des têtes de file d’une scène house nationale en plein renouveau. À ses côtés, a émergé toute une nouvelle génération d’artistes bien décidés à faire vivre une musique « made in France » qui semblait avoir disparu du devant de la scène à l’ombre des années 2000. Acteur essentiel de ce mouvement, Folamour s’est fait connaitre à travers l’organisation de ses premières soirées avec Touche Française et a contribué à la fondation des labels Moonrise Hill Material et For Heaven Use Only.

En tant qu’artiste, il a aussi su enchainer les sorties (déjà trois albums et plus d’une dizaine d’EPs pour tout autant de remixes et collaborations) et les apparitions remarquées dans les clubs du monde entier – jusqu’à devenir résident du prestigieux Rex Club en 2019. Une omniprésence qui lui a permis d’élargir son public et de se faire reconnaitre hors de nos frontières. Le tout, sans tomber dans les travers d’une musique house version grand public qui a envahi les ondes radios de cette dernière décennie. DJ, producteur, musicien, Folamour jongle aussi bien avec les étiquettes qu’avec les références et les samples, n’oubliant pas son identité : celle d’un amoureux fou de la musique.

Adrien Bertoni

Un extrait de l’album Ordinary Drugs :

Plus de titres ici : Spotify

Pour suivre Folamour :

Facebook

Instagram

Si vous avez aimé...