Mini arrow

Lire

Découvertes Découvertes

Coco Bans

Après avoir égayé le confinement avec ‘Pray’, hymne à la résilience et à la solidarité, Allyson Ezel aka Coco Bans vient juste de sortir un deuxième EP Aka Major heartbrek : the beginnning, entre folk et électro.

Focus sur cette auteure-compositrice, Finaliste du Top 10 du Prix Société Pernod Ricard France Live Music 2021, qui maîtrise l’art de la transcendance à la perfection.

Myd

Myd, Quentin Lepoutre de son vrai nom, est un musicien français d’electro-pop, producteur de musique et ingénieur du son, agé de 33 ans. Il lance sa carrière solo en tant que producteur de house sur Bromance Records, l’ancien label de Brodinski. Il fait également partie d’un collectif de musique électronique étonnant et détonnant, Club Cheval, depuis 2009, composé de Myd, Sam Tiba, Panteros666 et Canblaster.

HSRS

HSRS s’annonce comme un très chouette nouveau départ – HSRS est d’ailleurs l’acronyme de « High Self Reset System » – belle digestion de multiples influences rencontrées au gré des nombreux voyages de l’artiste, intérieurs et extérieurs, entre Londres, Afrique de l’Ouest et Paris où elle est désormais installée : pop UK, jazz-punk, musique électronique.

Sun Cowboy

Stetson, poncho, bougie, encens, valisette en cuir, images western diffusée en x1,5, Sun Cowboy débarque solo sur scène mais inonde de son aura. « Élevé en pleine brousse Euroise », comme il aime à le dire, le projet « techno-buffalo » d’Alexandre Leboucher est récent et repose essentiellement sur le live depuis 2018.

Citron Sucré

Citron Sucré, c’est une artiste aussi douce qu’acidulée, aussi “sour” que “sweet”, dont on entendra très vite beaucoup parler sans nulle doute. Chanteuse et musicienne franco-russe, elle mêle une pop électronique psychédélique aux sonorités traditionnelles puisées dans ses racines sibériennes, entre autres.

Bolivard

“Funk, groove & anxiété sociale” peut-on lire sur le profil facebook de Bolivard. Une description sibylline, mais qui définit bien le mix de rythmes funky et de crises d’angoisses qui façonne l’electro pop du musicien à casquette et chemise bicolores. Immersion dans le « Sick Sad World » de Bolivard.

KRIVERS

KRIVERS, Médhi Touré de son vrai nom, fait le choix de ne pas choisir. Dès son enfance, la musique ivoirienne de son père côtoie le raï algérien de sa mère, avant une plongée dans la musique électronique, véritable révélation. Tout d’abord DJ dans les bars de Montpellier, puis chanteur dans un groupe d’électro-pop, il découvre enfin Paris et ses soirées qui finissent au petit matin.

Andrea Laszlo de Simone

La musique d’Andrea Laszlo de Simone fait figure d’oasis providentielle dans un monde devenu fou. Aux antipodes des tubes aseptisés des charts italiens et des lauréats du festival de San Remo, le turinois de 34 ans (re)donne ses lettres de noblesse à la pop italienne.

Annabella Hawk

Annabella Hawk s’est construite dans la fluidité. Fluidité des rencontres, des échanges, des matières et des inspirations. Loin des carcans de genres, elle suit son intuition et s’imprègne de tout ce qui accroche son œil et son oreille.

Annabella Hawk, c’est aussi et avant tout une voix puissante et ronde qu’elle utilise avec une grande liberté sur des productions aux influences plurielles. Soul à l’ancienne, gospel, rap, évidemment, mais aussi musiques électroniques et un goût pour « les femmes aux voix chelou » donnent à sa nu-soul des accents troublants.

Calling Marian

La scène techno française a vu apparaitre ces dernières années de nombreuses femmes qui n’ont eu besoin de personne pour brancher leurs machines ou régler leurs filtres. Et si les promoteurs ou les labels ne sont pas toujours venus les chercher, elles ont fait leur trou toute seule en faisant de l’auto-production un choix conquérant.

Jackie Moontan

Autoproclamé  » Your mother’s favorite singer « , Jackie Moontan est un crooner farfelu, naïf et terriblement attachant. Inspirée par James Brown, Parliament Funkadelic, David Bowie, sa pop musique est teintée de disco et de funk, le tout saupoudré d’une bonne dose d’autodérision.

Carla Dal Forno

Véritable artisane du son, touche-à-tout et toujours en mouvement, Carla dal Forno surprend. Inclassable, sa musique se situe au croisement de la darkwave, de l’ambient, de la pop, lo-fi ou synth.

Timsters

Des immeubles en verre, des néons, des parkings souterrains, des phares de voitures…

Dans ses clips, Timsters met en scène la vie urbaine et nocturne dans une esthétique à la fois colorée et sensuelle.

Hubert Lenoir

Et voilà une nouvelle tornade venue de la belle province en la personne d’Hubert Lenoir et sa pop insolente et outrageusement arrangée pour une époque qui privilégie le home studio et la MAO aux sessions d’enregistrement !

Laure Briard

Français, anglais ou même portugais : Laure Briard n’a pas peur de chanter la solitude et les émotions dans plusieurs langues à la fois.

Oh Mu

« J’ai jamais été faite pour ce monde » scande Oh Mu dans son morceau « La nuit en matin ».

Et malgré la tristesse de cette affirmation, on veut bien la croire.

Curses

C’est l’histoire d’un gamin new-yorkais de 12 ans accro aux guitares et au punk.

Puis, un ami londonien commence à lui filer en douce des enregistrements cassette de stations de radio, incluant majoritairement de la techno, qu’il apprécie de plus en plus au fil des années.

Mauvais oeil

Dans son univers fantastique et fantasmé, Mauvais Œil dessine les traits d’un monde mystique tenant le grand écart entre les traditions millénaires et notre société contemporaine.